Notice: Undefined index: accept_cookie in /home/hikaripr/hikari.media/include/function.inc.php on line 225
La Française de Tiananmen | Hikari, producteur, éditeur, agence de presse.

La Française de Tiananmen

2019
J’ai vécu par hasard un événement qui a fait trembler la Chine. Et le monde. C’était en 1989. Pendant cinquante jours, j’ai vécu avec les étudiants de Pékin l’occupation quotidienne de la place Tiananmen. La contestation s’est terminée dans un bain de sang le 4 juin 1989. Sous mes yeux.
En 1989, mon année chinoise ne s’est pas arrêtée au fracas de Tiananmen. Elle s’est poursuivie pendant six mois dans les provinces chinoises, au milieu de leurs habitants. Cela fait trente ans. Cela semble loin. Mais il est impossible d’oublier.
J’ai voulu marquer cet anniversaire. Je suis retournée à Pékin en 2019. J’ai confronté ma mémoire des événements à celle de mes amis de l’époque. Ces amis qui m’avaient accompagnée cette année-là. Retrouver les lieux et les amis perdus de vue a permis de faire renaître les souvenirs et les liens noués en 1989. Mais au fil des rencontres, j’ai aussi pu comprendre la Chine de 2019. Une Chine où tout a changé.

Livre disponible chez tous les libraires, et sur notre site 

Revue de Presse

On ne parle pas [des évènements de Tiananmen], c’est une amnésie collective. Il ne faut pas que ça sorte de la sphère privée.  De toute façon même s’il y a quelque chose sur les réseaux sociaux, ça risque d’être effacé en quelques heures. Il n’y a pas de commémoration : cet évènement n’existe pas. Il n’est pas étudié par les jeunes à l’école ou n’en ont pas tous entendu parler par leurs parents parce qu’ils ont peur biais de leurs parents. France Culture

La journaliste Laure Guilmer, journaliste, était à Pékin le 4 juin 1989, lors du massacre de Tiananmen. Elle est retournée voir ses amis, alors étudiants mobilisés contre le pouvoir.  Ouest France

Laure Guilmer était présente au moment des évènements, elle a pu partager durant sept semaines le quotidien des étudiants massés sur la place, notamment ceux qui étudiaient sur le campus de Beida, l’un des foyers de la contestation. RFI

Autres réalisations

Nicaragua : la révolution des « millenials »

[ Presse ]

Senlis la Royale

[ Films ]

Portraits de Bruxelles

[ Éditions ]

Le dernier voyage des Romanov

[ Films ]

Black Friday, les Américains débarquent

[ Presse ]

Rebibbia, l'évasion par le théâtre 

[ Presse ]

Egypte : danser pour être libre

[ Presse ]

Les chinois font du camping

[ Presse ]

Eclats de cuivre

[ Films ]
En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies afin d'assurer le bon déroulement de votre visite et de réaliser des statistiques d'audience