Chine, la vendeuse de larmes

2012
France 3
Prosternée devant la dépouille d’un vieil homme, Hu Xinglian pousse des cris déchirants. On la croirait ravagée par le chagrin, mais il n'en est rien. Autour d’elle, des bâtonnets d’encens brûlent et des corbeilles de fruits sont placées en guise d’offrande au défunt. Hu Xinglian exerce la profession de « kusangren ». Elle est «pleureuse».

Le mort qu’on enterre aujourd’hui, cette jeune femme de 32 ans ne l’a jamais connu et pourtant, toutes ses chansons parlent de lui, à la première personne : « Papa, pourquoi es-tu parti si vite ? La Terre se couvre d'un crêpe noir pour toi. Les fleuves et les rivières pleurent pour relater ton histoire, celle de l’honnête homme que j’aimais ». En fait, Hu Xinglian a écouté pendant des heures, avec attention, les récits de la famille du défunt et pris des notes précises. Puis, accompagnée de son orchestre, "l'Orchestre de l'étoile et de la rivière de Chongqing", elle a mis en musique la vie du mort. Aujourd’hui, elle a enfilé son kimono blanc, la couleur du deuil en Chine et dans une chorégraphie rodée, elle s’avance debout ou à genoux puis s’affale sur le sol, avant de serrer la main de chaque membre de la famille, certains très émus.

L’enterrement est terminé. Hu et sa mini troupe sont invités à dîner par la famille du défunt autour du cercueil. Un grand dîner arrosé de bière sichuanaise, de poulets aux cacahuètes et des poissons les plus chers. La famille du défunt tient à remercier Hu Xinglian d’avoir donné « de la face aux morts » en pleurant si fort. Ils la paieront d’ailleurs le double du tarif standard : Hu et son orchestre toucheront ainsi 140 euros aujourd’hui. "Si les descendants ne pleurent pas assez fort, cela serait considéré par les gens du voisinage comme un manquement à la piété filiale". Et aujourd’hui, ils ont bien pleuré...

Interdite sous Mao, la profession de « kusangren », vieille de 2000 ans, connaît un renouveau depuis une dizaine d’années. A Chengdu et à Chongqing (sud), il existe plus de 2000 orchestres avec pleureuse. Et ces orchestres accompagnent aussi bien les enterrements que les mariages : Hu Xinglian peut ainsi tout a fait pleurer un défunt le samedi et chanter le bonheur et la vie éternelle d’un jeune couple le dimanche...

Un film réalisé par Lily Eclimont, François Cauwel, Wu Hannuo et Mathias Lavergne. Une coproduction Hikari Films / F3 Faut pas rêver - 2012

Autres réalisations

Japon : retour à Fukushima

[ Presse ]

Vert d'Opale

[ Films ]

Brésil - le grand bond en arrière

[ Films ]

Jungle News, comprendre la crise des Migrants

[ Presse ]

Quand la bière monte

[ Films ]

À la découverte des Portraits de Melbourne

[ Éditions ]

La Roumanie entre magie et superstition

[ Presse ]

De l'isle à Lille

[ Films ]

Pourquoi n'est-on plus accro à la Colombie ?

[ Éditions ]